Sorry, ma bulle

À ma bulle…

Pour commencer, je tenais à m’excuser auprès de toi de t’avoir un peu délaissée ces derniers temps… J’en suis sincèrement désolée. Vraiment.

Ça fait un p’tit moment (euh… un long moment…) que je n’ai pas pointé le bout de mon nez ici. Et pourtant, je peux te l’assurer, j’en avais bien besoin et tu me manquais beaucoup ! Je ne pensais d’ailleurs pas, au début de notre aventure, que de ne pas écrire quelques temps me manquerait autant.

Mais ces dernières semaines ont été quelque peu compliquées… et bouleversantes.

Frénésie des fêtes d’abord ! Les repas, les cadeaux, s’organiser pour voir la famille, les copains… Bon je sais, ce n’est pas une excuse, mais ces festivités n’ont pas été de tout repos, ma chère bulle ! Je t’assure. Heureusement, je pouvais m’appuyer sur mes petites listes (que tu connais déjà bien) ! Elles m’ont bien aidée.

Puis, la rentrée… Et là, les choses se sont précipitées voir bousculées ! Un de nos amis (il ne me semble pas t’en avoir déjà parlé), le compagnon d’une de mes meilleures amies, atteint d’un cancer depuis 3 ans, a vu son état se dégrader. Les médecins lui ont annoncé qu’il ne lui restait plus que quelques semaines à vivre et qu’en France on ne pouvait plus rien pour lui. Tu ne peux pas savoir l’effet que cette annonce a eu sur moi, ma bulle. Oui, je sais, tu vas me dire que je savais qu’il était malade mais je ne pensais pas que les choses pouvaient aller si vite… Je pense qu’au fond de ma petite tête, j’avais encore un petit peu d’espoir. Je voyais déjà le médecin nous annoncer qu’ils avaient enfin la solution pour arranger les choses. Donc le CHOC. Un choc pour lui mais également pour tout son entourage, et par conséquence, pour nous également. Il a alors pris la lourde décision de partir tenter de se soigner aux USA en laissant sa chérie et son bout de chou de 5 ans derrière lui. Il a décidé de se battre pour sa vie. Quel courage ! Je l’admire beaucoup. J’ai essayé, ma bulle, de me mettre à sa place plusieurs fois. Mais impossible ! Je n’ai jamais été face à la mort comme il peut l’être aujourd’hui. Mais je suis sûre d’une chose c’est qu’il aura tout fait pour rester en vie et je suis vraiment vraiment admirative. Tu vois, ma bulle, je crois que j’ai pris conscience que notre petite existence était très très très fragile et que tout ce que l’on vivait n’était pas un dû et qu’il fallait en profiter. Je le savais déjà mais là j’en ai pris réellement conscience. Brutalement, certes, mais j’en ai pris conscience.  J’ai un petit peu mûri, ma bulle.

Tu vois, ma bulle, il avait, enfin ils avaient besoin d’aide. Donc avec mon loulou, on a essayé de faire au mieux pour rendre leur quotidien un peu moins insupportable, de leur filer un petit coup de pouce pour organiser ce grand voyage et pour aider mon amie à apprivoiser ce nouveau quotidien sans lui… Pas simple quand on sait que nos amis n’habitent pas tout près de chez nous. Il a donc fallu que je déserte mon petit chez moi et que je m’absente quelques jours pour passer un peu de temps auprès d’eux. J’étais là le jour du grand départ. Un moment très particulier que je n’oublierai jamais. Je suis ensuite restée quelques jours pour que mon amie puisse gérer au mieux cette absence. Voilà maintenant trois semaines, qu’il est parti ! Et sa petite famille a pris l’avion ce matin pour aller le rejoindre pour quelques semaines.

Ce n’est pas tout, ma bulle, en parallèle, notre petite vie continuait et la construction de notre petit nid avançait et il fallait continuer à gérer tout ça.

Et tu t’en doutes… accessoirement il fallait continuer à travailler.

Je t’assure, ma bulle, que pour le coup, les listes ne suivaient plus, tout comme mon corps et mon esprit qui ont parfois eu du mal à suivre le rythme.

BREF ! Tout cela pour dire que ça y est j’ai enfin du temps à t’accorder… Et c’est avec un plaisir non dissimulé et non « dissimulable » que je te retrouve (bon pas avec autant de plaisir que j’ai eu à retrouver le quotidien avec mon loulou).

Je sais, je sais… Je te donne sans doute l’impression de me justifier mais je dois t’avouer que je culpabilisais un peu de t’avoir laissée sans nouvelle de moi.

Mais voilà, ma bulle, il fallait être dans l’action au risque de m’oublier un peu. Enfin au risque de nous oublier. Et là je dois te dire une chose très très importante, ma bulle ! Mon loulou a tout simplement été exemplaire. Oui, oui… et encore le mot est faible. Quelle chance ! Mais alors quelle chance j’ai de l’avoir auprès de moi. IL ASSURE GRAVE. Il a été d’un soutien sans faille et a tout fait pour que les choses se passent au mieux pour moi, pour nous.

Bon, dans cette petite bafouille de pardon, je vais quand même t’épargner la période où la grippe a eu raison de mon petit corps car ce serait trop long à raconter et surtout je ne suis pas certaine que cela t’intéresse vraiment. Et je te parlerai plus tard du petit weekend à Paris que nous nous sommes octroyé car il faut que je te parle d’un excellent spectacle (sans doute le meilleur spectacle humoristique que j’ai eu la chance de voir !).

Je ne regrette absolument pas ces dernières semaines, bien au contraire. J’espère juste que nous avons réussi à les aider un peu et que nous avons fait ce qu’ils attendaient de nous. Mais, voilà, il est maintenant temps pour nous de se concentrer un peu sur nous, sur notre projet (tout en croisant les doigts pour que tout aille pour le mieux pour nos petits américains. Nous ferons un point dans trois semaines à leur retour et nous verrons ce que nous pouvons faire pour les aider).

Mais en attendant, le quotidien va s’apaiser quelques semaines et nous allons pouvoir nous concentrer sur nous, sur notre vie, sur notre future maison et surtout sur notre déménagement… Mélange d’excitation et d’appréhension ! Mais là, les listes vont m’aider et ne vont pas me laisser tomber ! Je compte sur elles.

Je vais donc pouvoir retrouver ma bulle quotidienne avec mon loulou et nos projets et te retrouver, toi, ma bulle virtuelle !

Donc, ma bulle, je te renouvelle mes plus plates excuses et je te fais plein de bécots.

Je reviens très très vite. Promis. Et là je ne te laisserai pas autant de temps car ça m’a fait un bien fou de te retrouver !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s